Vos messages

Merci pour vos témoignages.

N'hésitez pas à laisser un message, que ce soit à propos de l'association ou du site et que vous soyez ou non membre de l'association.
Avant de poster un message, n'oubliez pas que nous sommes une association apolitique et aconfessionnelle. Nous tenons à le rester et c'est pourquoi tout message ne respectant pas cela sera supprimé. Il en va de même évidemment pour les messages à caractère haineux, raciste, homophobe, violent, etc. D'autre part, pour nous contacter, préférez l'email.Merci pour votre compréhension.

MON TÉMOIGNAGE EN TANT QUE PETITE SOEUR
Comme je n'avais que 10 ans quand Patrick est décédé, la mort était pour moi quelque chose d'abstrait.Ce dont je me souviens surtout c'est que, du jour au lendemain,j'ai eu l'impression d'être différente.c'est vrai,les adultes eux ne m'en parlait jamais,mais ils me traitaient différemment,(mon instituteur est devenu plus gentil) mais aucun adulte ne m'a jamais demandé comment j'allais.Parfois quand j'allais m'acheter des bonbons en sortant de l'école, les commerçants me disait " pauvre petite"sans plus, et moi je leur en voulais de dire cela, je ne sais pas pourquoi mais je crois que c'est à cet instant que j'ai été en colère, en colère, en colère d'être différente,contre les grands,contre tout le monde.Je voyais bien que les adultes autour de moi étaient différents, soit j'étais prise en pitié, soit on me regardait bizarrement et de cela je leur en voulais.
Mais mon souvenir le plus précis,ce sont mes copains et copines de classe,plus précisément un enfant qui m'avait dit "de toute façon,il roulait comme un dingue,ça devait arriver". Je m'en souviens encore comme si c'était hier de cette phrase, je lui avais
littéralement sauté dessus, je n'étais pas triste de ce qu' il avait dit mais en colère, enragée même ! Sinon je crois qu'au final c'est
vraiment la différence, comme si subitement j'étais devenue quelqu'un d'autre, certains évitaient ma compagnie, comme si j'étais
contagieuse, d'autres qui ne me parlaient pas, voulais devenir subitement copine avec moi.
J'avais vraiment l' impression d'être montrée du doigt, je me souviens aussi des silences quand je rentrais dans un lieu quelconque
des regards en coin des adultes et ça m' énervait. j'en voulais à tous ces gens, je leur en voulais de me regarder sans rien me dire.
Paradoxalement, quand maman voulait m'en parler, je me souviens que je me bouchais les oreilles parce que je ne voulais pas qu'elle
m'en parle.
Ma vie a totalement changé, je me suis enfermée dans ma colère sans jamais en parler à personnes, je ne sais pas pourquoi j'étais en
colère,à 10 ans, je ne comprenais pas d'où venait cette colère mais j'ai toujours dit après que j' avais perdu mon enfance en même
temps que mon frère.
Je suis devenue indisciplinée envers les adultes comme si je me vengeais de les voir me traiter avec pitié, je pense qu'ils croyaient
bien faire mais c'était tout le contraire car en agissant ainsi je me sentait encore plus différente des autres. Je ne pensais pas à la
douleur de mes parents, j'étais dans ma bulle et c'est à ce moment là que j'ai commencé à écrire, à coucher tous les jours ma rage
et mon incompréhension sur le papier.

Christine Millot Conte.
Christine Millot Conte
Mme Thomsen
Bonjour,
Auriez vous un groupe dans le sud de la France pour aider les victimes de Nice? TCF/USA m'a donné votre site pour voir si nous pourrions aider les parents endeuillés après les événements du 14 juillet? J'ai moi-même perdu une fille l'année dernier et Compassionnate Friends/USA m'a énormément soutenu (je suis une niçoise habitant à Houston). Merci de me répondre.

Bien cordialement,

Ghislaine THOMSEN
(Maman d'Andrea, à jamais 24 ans)
Ghislaine THOMSEN
Un Ange nous aidera
Se battre,avancer sans se retourner
Peu importe les malheurs de notre vie
La vie est trop courte pour être gâchée
Il faut continuer à se battre peu importe ce qui est dit
Ce serait gâcher ce qu'on a fait jusque là
On n'a pas le droit de tout laisser tomber
Juste par ce l'on en assez
On n'a le droit parfois de craquer
Mais il faut réussir a se relever
Faire face aux difficultés
Ce n'est pas les contourner
Mais les surmonter
La vie est un véritable combat
Ou il ne faut jamais baisser les bras
La peine est une douleur qu'on ne peut effacer
On dit souvent qu'on n'y arrivera pas
Mais un Ange nous y aidera.

Gisèle



Fleurigeon Gisèle
Parution d'un livre intitulé "Prélude à l'après-midi d'un enfant défunt" d'Anne Bonnélie
Bonjour à tous,

Pour information, mon livre intitué "Prélude à l'après-midi d'un enfant défunt" vient d'être édité dans la collection "Au-delà du témoignage" aux éditions l'Harmattan. (Directrice de la collection : Dominique Davous)

Il est disponible en librairie dès aujourd'hui.

Vous en souhaitant bonne lecture, dans l'attente de vos retours.

Bonne journée à tous, au plaisir de vous lire,

Bien cordialement,

Anne Bonnélie

4, Rue Carnot

83470 SAINT-MAXIMIN-LA-SAINTE-BAUME
ANNE BONNELIE
Portrait
Bonjour à tous
Pour vous accompagner sur le difficile chemin du deuil, je peux réaliser pour vous d'après photographie le portrait de votre enfant. Totalement à votre écoute et en respectant le rythme de votre cheminement, je m'applique à rendre sur papier canson l'image que vous souhaitez garder de lui.
voici mes coordonnées:
Gaëlle Dron-Galhaut 06 99 73 73 51 ou gaelly.7@hotmail.fr
Gaëlle DG

Pages

Roseau devant le lac